la montagne.fr

Michael gregorio au prisme aurillac 1526844

Michael Gregorio a enchaîné les imitations de personnalités opposées

 

Hier soir au Prisme, l’imitateur et humoriste Michael Gregorio a conquis le cœur des 1.500 personnes présentes pour son spectacle, « En concertS ». Avec aisance et fluidité, il a imité des personnalités aux voix très différentes.

Il a osé faire chanter de l’électro à Piaf. Il a fait zouker Mylène Farmer. Hier soir au Prisme, Michael Gregorio s’est tout permis dans les mélanges des genres les plus loufoques. Et il a eu raison. Dès son arrivée fracassante avec une caricature des Black Eyed Peas, le public est déjà conquis : « Impressionnant?! », « Il est génial?! ».

L’enthousiasme ne retombe pas, même lorsqu’il choisit de transformer Grand Corps Malade en Petit Corps Valide, et se met à slamer sur Stayin’Alive des Bee Gees. La monotonie du personnage aurait pu paraître longue au public.

 

Après la version électro de Je ne regrette rien, Michael Gregorio enchaîne avec un hommage à Jacques Brel, avec : Dans le port d’Amsterdam… Puis, il s’attaque à un duo très caricatural du « sexy et vintage » Francis Cabrel avec la « bombe latine » Shakira, sur Je l’aime à mourir.

Sa voix élastique l’autorise à jouer avec ses cordes vocales et à proposer des acrobaties étonnantes : il reprend avec énergie Diego, libre dans sa tête, à la manière de Johnny Hallyday, et passe en quelques instants à la voix fluette de BB Brunes… « Je me moque un peu d’eux mais… Ils jouent beaucoup mieux de la guitare que moi?! » Lui, sa guitare, c’est sa voix, et il en fait la démonstration.

Une énergie communicative

Entrecoupé de petits sketchs, le spectacle n’a pas laissé le temps au public de souffler. Mais il avait prévenu : son spectacle s’appelle « En concertS ». Un pluriel qui a pris tout son sens hier, pour les 1.500 spectateurs?!

 

=> Lien Vers l'article