ledauphine.com - 15 Mars 2015

Dauphine

Gregorio à “Glisse en Cœur” : « On sera là pour se marrer »

 Le chanteur-imitateur Michaël Gregorio se produira au Grand Bornand, le samedi 21 mars à 19 h 30 dans le cadre de l’événement caritatif “Glisse en Cœur”. Cette année, les fonds récoltés iront à l’association Laurette Fugain. Rencontre avec cet artiste au grand cœur.

Vous êtes déjà de retour en Haute-Savoie. Les montagnes vous manquaient ?

 

Oui. Mais je vais souvent à Saint-Gervais. Ils m’ont adopté. Mais pour des raisons de travail, je ne peux pas y aller cette année. Et puis je n’ai pas le droit de skier. Je suis en tournage fin mars et ça m’est carrément interdit par mon producteur.

 

Cette date au Grand-Bornand est exceptionnelle ?

 

Effectivement. Le gros de la tournée est terminé. On s’arrête au Bataclan le 19 mars. On laisse quand même la possibilité d’autres dates pour des endroits où on n’est jamais allé. Par exemple nous serons à Marrakech en juin et puis à Londres et à Tahiti également. Et puis il y a cette cerise sur le gâteau au Grand-Bornand pour l’association Laurette Fugain.

 

Parlez-nous de cette association ?

 

Cela fait déjà plusieurs mois qu’ils m’ont sollicité. Cette association lutte contre les leucémies. Elle sensibilise également le public sur le don de plaquettes. On a été touché par cette initiative et c’est avec plaisir que nous faisons cette date.

 

Doit-on parler de concert ou de spectacle pour vous ?

 

On est entre le spectacle, le théâtre et le concert. C’est un véritable groupe qui m’accompagne. Cela fait huit ans qu’on tourne ensemble. Même si on se permet beaucoup d’improvisations, c’est quelque chose d’écrit et de très bien en place.

 

Côté show, il y a un homme de l’ombre qui vous met en lumière…

 

Jocelyn Morel bien sûr ! Il est là depuis le début mon Jojo. C’est un gars très important et qui est très investi. C’est un passionné. Vous allez chez lui, c’est le musée de la lumière, des automatiques et des poursuites. C’est un mec un peu fou aussi. Mais c’est une folie sympathique. Il s’adapte beaucoup et là encore il va falloir s’adapter au Grand-Bornand. Ça va être un peu rock’n’roll pour la technique. Mes musiciens et moi risquons de souffrir un peu du froid et de l’altitude. L’altitude c’est quelque chose qui n’est pas très bon pour chanter. Je risque d’avoir le souffle un peu court. Mais on sera là pour se marrer et passer une bonne soirée pour l’association.

 

Aviez-vous des idoles ?

 

Énormément. Surtout Thom Yorke, le leader et chanteur de Radiohead. C’est un groupe qui a marqué mon adolescence. Il y avait aussi Kurt Cobain. Et puis Coldplay à leurs débuts.

 

Vous parliez d’un tournage au début de cet entretien. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

Pour l’instant, je peux juste dire que c’est pour la télévision. C’est une série. Par contre il y a un téléfilm, “Les fusillés” qui va bientôt être diffusé sur France 3. Il se passe en 1914 et a été récompensé du prix du public au festival de Luchon. Et en octobre prochain sortira “Mune, le gardien de la lune”, un film d’animation avec Omar Sy et Iza Higelin à mes côtés.

 

=> Lien vers l'article

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site