leprogres.fr

L artiste imite entre autres cabrel sur scene charly jurine

Michaël Gregorio : « Les sketches, je ne sais pas faire »

Son spectacle s’appelle Michaël Gregorio en concerts. En un seul spectacle, le jeune artiste invite et imite sur scène, une vraie palette de chanteurs, de Mick Jagger à Édith Piaf, en passant par Shakira ou Michael Jackson. 

Pouvez-vous présenter les grandes lignes de ce spectacle ? 

L’idée, c’est de s’amuser avec les rituels des concerts. Il y a des codes spécifiques, pour les concerts classiques, jazz, rock ou variétés. J’essaie de les démystifier, de les tourner en dérision. En reprenant aussi bien Billie Holiday que Francis Cabrel. 

Quels sont ces codes ?

En jazz, il y a les solos interminables et compliqués, c’est incontournable. En classique, on se demande toujours quand il faut applaudir. À la fin d’un mouvement, ou à la fin de l’œuvre ? Dans le rock, il y a le fameux stage diving avec le chanteur qui se jette dans la fosse. En variété, il y a cette façon de faire applaudir les gens tour à tour. Je plaisante avec ces sujets et je les utilise.

Quels sont les artistes qui vous posent problème ?

Gainsbourg, par exemple, je le fais très mal. Sinatra, je ne suis pas convaincu non plus. Mais il y en a aussi qui ne m’inspirent pas vraiment. 

Vous ne faites pas vraiment de sketches…

Non, franchement, je ne sais pas faire, et ce n’est pas du tout mon truc. Mon spectacle est vraiment centré sur la musique. Je ne prends pas la voix d’Aznavour pour raconter des blagues, ni celle de Philippe Manœuvre. J’adore Laurent Gerra, mais je ne saurais pas faire ce qu’il fait.

=> Lien vers l'article

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site